Des Premières Nations réclament leur part de l'industrie du cannabis

Share:

Des Premières Nations demandent à la Colombie-Britannique de respecter son engagement envers la réconciliation en permettant aux Autochtones de contribuer à l’industrie du cannabis, dont ils se sentent exclus.

« Notre chemin vers l'autodétermination économique n'a jamais été facile », rappelle le chef de la nation Cheam, Darwin Douglas.

Le groupe All Nations Chiefs, une coalition des communautés Shxwha:y, Cheam, Soowahlie et Sq’ewlets, dénoncent les obstacles administratifs qui les empêchent de pouvoir tirer profit de l'industrie du cannabis, en plein essor.

51 % des profits

Une section de la Loi sur les accords de contrôle et de licence du cannabis autorise le gouvernement à conclure des accords de vente de cannabis avec les Autochtones.

En juillet, la nation Shxwha:y a déposé sa demande en vertu de cet accord, mais n'a pas eu de réponse depuis, malgré des tentatives répétées d'engager un dialogue avec le gouvernement.

Les Premières Nations demandent au gouvernement provincial des permis de vente au détail et réclament des redevances de 51 % sur tous profits tirés de la vente de cannabis sur leurs territoires.